Éjaculation précoce : causes et traitements

Homme pense aux causes et traitement de l'éjaculation précoce

Causes et traitements de éjaculation précoce

Éjaculation précoce : de quoi s’agit-il exactement ?

Quels sont les causes et traitements de l’éjaculation précoce? L’éjaculation précoce constitue avec la dysfonction érectile, le trouble de la sexualité masculine le plus courant. Plusieurs facteurs d’ordre psychologique, comportemental, neurobiologique ou génétique peuvent expliquer ce dérèglement.

Et même si les définitions de l’éjaculation précoce changent d’un pays à un autre, et en fonction des sociétés médicales, elles s’entendent absolument sur 3 causes ou points. L’éjaculation précoce est causée et se caractérise par :

  • une éjaculation incontrôlée qui arrive trop vite, avant que l’homme ou sa partenaire ne le désirent, et ce, de manière systématique ou très fréquemment ;
  • une incapacité à « retenir » ou à maîtriser l’éjaculation ;
  • des retombées psychologiques négatives.

Cependant, une éjaculation précoce qui survient au moment des premiers rapports sexuels ou lors d’une nouvelle relation s’avère tout à fait naturelle. Elle ne devient problématique que si elle se maintient et qu’elle va devenir véritablement embarrassante.

En fait, on discerne deux formes d’éjaculation précoce :

  • l’éjaculation précoce primaire qui survient à chaque rapport, avec des compagnes différentes, pendant toute l’existence.

 

  • l’éjaculation précoce secondaire qui se produit alors que ce n’était pas le cas dans les rapports sexuels antérieurs. Elle est habituellement due à une maladie comme la prostatite, ou le diabète, à un trouble de l’érection ou à des complications neurologique ou psychologique.

Qui est concerné par l’éjaculation précoce ?

D’après différentes recherches, il semble que l’éjaculation précoce toucherait 20 à 30% des hommes.

Plusieurs études ont démontré que parmi les hommes qui souffrent d’éjaculation précoce permanente, on compte :

  • 90 % éjaculent avant une minute, et entre 30 à 40% avant 15 secondes,
  • 10 % éjaculent dans un laps de temps allant d’une à 3 minutes après la pénétration.
  • Finalement, d’après l’ISSM, 5% des hommes éjaculent machinalement, inintentionnellement avant de passer à l’acte sexuel.

Malgré tout, obtenir des statistiques exactes demeure néanmoins difficile, surtout que la définition diagnostique est longtemps restée floue. Par surcroît, c’est seulement une minorité qui va voir un médecin quand elle se sent concernée par ces troubles.

En plus, et toujours d’après l’ISSM, on ne dispose pas vraiment de bases de données scientifiques qui aideraient d’élargir ces approches aux rapports homosexuels ou aux relations sans pénétration vaginale.

Les personnes à risque

En réalité, les recherches effectuées ne sont pas arrivées à bien cerner les causes et les facteurs qui peuvent être responsables de l’éjaculation précoce.

Inversement à la dysfonction érectile, l’éjaculation précoce ne s’aggrave pas avec l’âge. Bien au contraire, elle diminue plutôt, progressivement avec le temps et l’expérience. Elle est plus courante chez les hommes encore jeunes, ou quand on commence une relation avec une nouvelle compagne. Ne vous inquiétez pas il  existe des traitements pour vaincre votre éjaculation précoce.

 

Les causes de l’éjaculation précoce

Grâce aux différentes recherches effectuées, on est arrivé aujourd’hui à apprendre que l’éjaculation précoce longtemps traitée en tant que trouble purement psychologique, est également associée à des troubles neurobiologiques et/ou à des causes génétiques.

Toutefois, on ne peut pas arriver à déterminer avec rigueur et exactitude les causes de l’éjaculation précoce. Elles restent indéterminées.

On peut avancer certaines causes biologiques qui pourraient développer ce trouble, particulièrement :

  • Un gland hyper sensible,
  • une éjaculation réflexe, qui chez certains hommes, est due plutôt à un manque de confiance en soi. Chez d’autres, il est question d’une sensibilité aiguë, à fleur de peau et cette éjaculation réflexe est une forme d’explosion qui laisse dégager ce trop-plein d’énergie sexuelle.
  • une défaillance au niveau de transmission des messages nerveux dans le cerveau ou une hypersensibilité de certains récepteurs sensoriels (particulièrement au niveau des récepteurs sérotoninergiques),
  • une prostatite permanente,
  • insuffisance de production d’hormones par la glande thyroïde (hyperthyroïdie),
  • une maladie d’origine neurologique, telle la sclérose en plaques.

Aucune étude au niveau macroscopique n’est arrivée pour le moment à dégager clairement la fonction de l’une ou l’autre de ces causes et facteurs neurobiologiques.

D’autres causes peuvent expliquer l’éjaculation prématurée :

  • l’anxiété, particulièrement de performance : la peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur, de ne pas être performant. L’éducation, l’environnement culturel y est pour quelque chose aussi. C’est aussi ce mythe d’un super homme doué, parfait qui arrive à satisfaire sa partenaire à chaque coup.
  • le fait de nouer une nouvelle relation,
  • une activité sexuelle peu intense, voire très rare,
  • la désintoxication ou l’excès dans la prise de certains médicaments ou drogues, comme les opiacés, les amphétamines, les médicaments dopaminergiques, etc.
  • l’alcoolisme.

Il parait clair que certaines causes psychologiques et environnementales sont aussi à prendre en compte dans ce trouble de l’éjaculation précoce.

L’éjaculation prématurée est-elle héréditaire ?

Bien que plusieurs travaux soient en cours pour essayer de démontrer la dimension héréditaire, actuellement aucune étude sérieuse n’a été diffusée sur ce sujet ni pour authentifier ni pour nier cette éventualité.

Tout d’abord, il faut signaler que l’éjaculation précoce n’est en rien une maladie, et ne peut être vu comme une pathologie. C’est un trouble qui ne devient problématique que lorsqu’il provoque une gêne, des situations de détresse, désagréables, incommodantes, pour la personne qui en souffre ou pour sa partenaire.

Par conséquent, les retombées psychologiques de l’éjaculation précoce peuvent s’avérer très négatives, pour l’homme comme pour le couple. Les hommes qui en souffrent peuvent devenir dépressifs, anxieux, voire renfermés sur eux-mêmes et fuirent toute relation amoureuse ou sexuelle.

L’homme concerné peut perdre sa confiance en soi, devenir frustré. Il essaiera d’éviter progressivement les baisers, voire tout contact physique, et toutes les situations qui sont capables de provoquer des déceptions. Il se sentira même dévalorisé.

Quant à la femme, elle s’imaginera que son partenaire est incapable de maitriser ses pulsions, voire qu’il est tout le temps excité…

C’est pourquoi il est important d’en parler, d’autant que des solutions existent, qu’elles soient médicales ou non.

Une fois le type d’éjaculation et la cause du trouble bien cernés, des soins, des traitements peuvent être proposés. Il peut être question de traitements médicamenteux ou de sexothérapie. Souvent, on peut associer ces deux formes de thérapie.


Éjaculation précoce : Traitement et Solutions

Bien souvent, quand l’éjaculation précoce est temporaire ou sans importance, la thérapie s’appuie avant tout sur des conseils psychosexuels. Il y a par exemple, de nombreuses actions ou traitements qui pourraient aider à repousser le moment de l’éjaculation, principalement :

  • amener la partenaire à exciter le phallus jusqu’à ce que l’éjaculation soit toute proche, puis s’arrêter pour faire chuter l’excitation avant de continuer peut-être un traitement efficace avec de la pratique.
  • Exercer avec votre main une pression sur la base inférieure du gland pendant le rapport au moment où vous ressentez que vous êtes sur le point d’éjaculer. Il est recommandé pour réussir cette pression pénienne de compresser le gland entre pouce et index, durant 2 ou 3 secondes. Cela freinera le réflexe d’éjaculation. Voilà un autre traitement à ne pas négliger.

Vous devez refaire ces exercices, si on peut dire, bon nombre de fois, afin d’arriver à vous retenir durant une vingtaine de minutes sans éjaculer. Progressivement, vous arriverez à mieux maitriser l’éjaculation et les causes de votre éjaculation précoces seront des choses du passé.

Traitements médicaux de l’éjaculation précoce

Pour arriver à contrôler cette éjaculation précoce, la société internationale de médecine sexuelle prêche pour une thérapie qui associe, si nécessaire :

  • un traitement médicamenteux
  • une thérapie psychosexuelle.

Médicaments

En 2013, le marché européen a vu l’arrivée d’un nouveau traitement venant de la dapoxétine, vendue sous le nom de Priligy. C’est le premier médicament conçu pour soigner l’éjaculation précoce chez les hommes âgés de 18 à 64 ans.

Ce qui est intéressant, c’est qu’une vingtaine d’heures après l’absorption du comprimé, le médicament sera rapidement évacué par l’organisme et aucune trace n’en subsistera dans le sang.

L’effet de la dapoxétine est assez rapide, entre une ou deux heures après son absorption. Elle peut, d’après les observations cliniques, augmenter par trois la marge du temps entre la pénétration et l’éjaculation, après 12 semaines de médication. ( consulter un médecin ou pharmacien avant ce traitement )

La dapoxétine peut être à l’origine de quelques petits ennuis comme les nausées, mal de tête, diarrhée et vertiges.

D’autres ISRS, comme la paroxetine, la clomipramine, plus particulièrement ont prouvé leur pouvoir thérapeutique contre l’éjaculation précoce. Certes, ils peuvent entrainer quelques effets indésirables, mais également, on ne sait pas encore si leur action est à longue date, ou si on doit les utiliser à vie.

D’autres molécules qu’on utilise pour soigner la dysfonction érectile peuvent être efficaces dans le traitement de l’éjaculation précoce. C’est le cas de l’inhibiteur de la phosphodiestérase, par exemple.

Traitement local de l’éjaculation précoce

C’est une pratique que beaucoup utilise, bien qu’elle ne soit pas officiellement prescrite. Il s’agit de calmer l’ardeur du phallus, de l’insensibiliser en appliquant sur le gland une anesthésie locale, ce qui fera par conséquent retarder l’éjaculation.

Les anesthésiants qu’on utilise sont extraits de lidocaïne, en gel ou vaporisateur. Pour que la partenaire ne soit pas elle-aussi insensibilisée, le produit peut être enduit vingt minutes, puis pour l’éliminer, lavez le pénis avec de l’eau avant l’acte sexuel. Le port du condom peut aussi empêcher votre partenaire d’être anesthésié.

En 2010, un traitement par vaporisateur contenant de la lidocaïne et de prilocaïne a prouvé une grande efficacité pour repousser l’éjaculation précoce. En plus, il peut être pommadé cinq minutes avant l’acte.

Prise en charge psychosexuelle

Il est aussi recommandé de suivre une sexothérapie ou psychothérapie, essentiellement quand les retombées psychologiques de l’éjaculation précoce sont sérieuses. Par exemple, si vous devenez très anxieux de votre performance ou que vous remarquez que votre couple risque de basculer.

L’Association française d’urologie recommande un traitement comportemental. Il s’agit d’adopter une activité sexuelle délibérément interrompue, « avant que ne survienne l’anxiété de résultat ».

Après quelques semaines, il deviendrait plus aisé de ressentir l’arrivée de du point de non-retour, ce qui permettrait de maîtriser davantage l’éjaculation précoce. Cependant, l’efficacité de cette action sobre reste imprévoyable.

Éjaculation précoce : les remèdes de grand-mère !

Ce ne sont pas seulement les traitements pharmacologiques et psycho-sexuelle qui sont efficaces pour corriger l’éjaculation précoce. On peut aussi recourir à des remèdes de grand-mère naturels. Ces remèdes bios peuvent aussi nous amener à contrôler efficacement l’éjaculation.

Il existe donc des remèdes et traitements naturels qui peuvent repousser l’impulsion éjaculatoire. Pour cela il faudrait revenir aux prémices de la médecine. L’homéopathie et la phytothérapie, entre autres, ont été très efficaces pour synchroniser l’éjaculation. Quels sont remèdes préconisés par la médecine alternative ?

Les spécialistes conseillent à ceux qui souffrent de l’éjaculation précoce de recourir à la thérapie des fleurs, plus précisément les fleurs Bach considérées comme de véritables élixirs floraux.

Pour contrôler ce point de non-retour et pour consolider la maîtrise de soi, les homéopathes proposent un traitement au Sélénium 9CH, jugé comme le traitement homéopathique bio qui a montré sa grande efficacité contre l’éjaculation précoce.

Si vous êtes devenu extrêmement anxieux de votre performance et si cela devient trop embarrassant au point de déstabiliser votre vie de couple, les spécialistes conseillent le Gelsenium 9CH.

Il reste à préciser néanmoins que les traitements naturels ne peuvent être efficaces que dans le cas d’éjaculation précoce légère.

Si on sait que l’éjaculation précoce est fréquemment due à l’anxiété et au stress, la phytothérapie (médecine formée sur l’extrait des plantes, d’ailleurs « phytos » : plante et therapeuo signifient soigner) nous propose notamment la valériane la passiflore et la tilleul.

Ces plantes possèdent des vertus anxiolytiques et elles sont très relaxantes. Le complexe de ces plantes pourrait contribuer à vous permettre de vivre la relation avec plus de quiétude, de bonheur. Du coup, l’anxiété de la performance, le facteur étiologique essentiel dans l’éjaculation précoce, se réduira comme une peau de chagrin.

Un autre remède de grand-mère aussi efficace est un traitement maison naturel qu’on peut concocter à partir d’amandes, de lait de vache, de poudre de gingembre, de cardamome et de safran lequel a des propriétés aphrodisiaques. Une fois la mixture bien mélangée, buvez-en chaque matin.

Vous pouvez aussi utiliser comme remède maison du lait et des asperges. Faites bouillir la mixture et buvez-en deux fois par jour.

On peut aussi obtenir une crème naturelle (SS-cream) en mélangeant des extraits de clou de girofle, de ginseng, de cannelle, et de racine d’angélique officinale. L’efficacité de cette pommade bio a été prouvée suite à deux études menées en 1999 et 2000. C’est une crème à enduire sur le bout du gland une heure avant l’acte sexuel. Cet onguent aidera à rallonger le délai de l’éjaculation, ce qui apportera du bonheur aux deux partenaires. Il est vrai que ce baume peut causer, quelques fois, une petite sensation de brûlure.

Enfin, sur un autre plan, on peut vous recommander d’avoir des activités sportives. Le sport aide essentiellement à mieux maîtriser son corps. Et donc apprendre à contrôler mieux l’éjaculation.

Arrêter d’être précoce, est-ce possible ? Les technique et traitements pour arrêter d’être précoce : technique stop and go, exercices de kegel, médicaments : Comment arrêter d’être précoce ?

Amour Solution
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: